Il faut accepter le traitement

Chariot pansement

Ne regardez-pas…ça fera un peu mal. A peu de choses près, c’étaient les paroles de l’infirmière l’autre jour a l’hôpital. Depuis quelques jours, un de mes doigts, le majeur droit avait commencé à enfler. Maintenant, les antibiotiques et les anti-inflammatoires prescrits par le médecin n’avaient pas changé grand-chose. A la deuxième consultation, le médecin m’a gentiment dit d’aller à la salle des pansements. Sur la porte, un nom tout aussi gentil : ” petite chirurgie”. Seulement, le médecin et moi on le savait, le pansement serait la partie la plus douce de mon bref séjour a la salle de “petite chirurgie”. Avant le pansement, il fallait bien inciser. L’infirmière chargée de l’opération écoutait une émission humoristique a la radio. Elle a mis ses gants, nettoyé toute ma main avec un coton complice imbibe d’alcool, laissant une sensation de fraicheur troublante, vu ce qui allait suivre. Ce qui allait suivre ? Un acte de “petite barbarie” pour me faire du bien, d’où l’exhortation de ne pas regarder.

Dans mon cas, c’était une affaire de panaris. Parfois, nos problèmes ont des noms simples, parfois ils portent des noms compliques. Ainsi, internet m’a informé que ce dont je souffrais était en fait une “inflammation phlegmoneuse du doigt, en particulier au niveau de la troisième phalange. Elle peut être superficielle (sous-cutanée) ou profonde (ostéo-périostique)”. Le responsable? La cause des panaris est la plupart du temps bactérienne (staphylocoque doré surtout), certains facteurs comme une plaie ou une écharde peuvent favoriser son développement. Donc, un microbe dit “doré” était la source de cette douleur lancinante dans mon doigt. Je l’aurai plutôt qualifié de staphylocoque méchant, pas doré…

Ça me rappelle un extrait de mon livre préféré :  “En effet, nos légères difficultés du moment présent produisent pour nous, au-delà de toute mesure, un poids éternel de gloire. 18 Ainsi nous regardons non pas à ce qui est visible, mais à ce qui est invisible, car les réalités visibles sont passagères et les invisibles sont éternelles.” 2 Corinthiens 4 :17-18.

Il fallait que je souffre un peu pour retrouver la joie de vivre. Parfois, nos vies aussi sont comme cela. Un objet doré, une personne dorée ou une situation dorée finit par dégénérer, enfler, et nous laisse dans une douleur intense, les douleurs les plus violentes étant même souvent émotionnelles ou spirituelles. Si nous acceptons l’intervention de Dieu, le meilleur médecin de l’univers, il nous enverra parfois en salle de “petite chirurgie. Je sais, personne n’aime l’odeur de l’alcool médical ou l’aspect étincelant d’un bon bistouri. Seulement, la question se pose : Que voulons-nous au juste ?

Parfois, il faudra aussi fermer les yeux en prière a l’instant le plus douloureux, mais la délivrance de l’épreuve ne se déroule pas sur un canapé, ou en dégustant un canapé.

Peut-être qu’il va falloir désinfecter d’abord notre vie en confessant le péché qui pourrait nous avoir conduit dans ce bourbier. N’est-ce pas merveilleux, cette fraicheur de l’âme après la confession ? Seulement, l’alcool précède la lame.

   Tenez bon, car, des foules de témoins vous observent. Dans mon cas, mon dernier fils, qui a 3ans et demi, était avec moi dans la salle de petite chirurgie, car mon épouse était elle-même occupée ailleurs. Si papa criait ou s’enfuyait pour échapper à l’infirmière, qu’allait penser le fiston ?

Ainsi, quelle que soit la nature ou à cause de l’inflammation actuelle dans ta vie, accepte le traitement divin. Eh oui, j’ai ferme les yeux et j’ai laissé faire, voilà pourquoi ce doigt me sert maintenant à saisir ce message sur mon clavier.

20171003_140226

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s