Sur la trace des missionnaires allemands

La salle dans laquelle se tenait la formation était assez spéciale. C’est vrai qu’elle est située sur les pentes du Mont Cameroun, mais ce n’était pas tout. On aurait dit une de ces habitations en bois de Suisse ou d’Allemagne, avec un plancher en bois et d’immenses vitres qui laissaient entrer la lumière à flot. Tout ceci se passait en début Mai à Buéa , à l’occasion d’une formation des Pasteurs en évangélisation. Pour beaucoup de cette vingtaine de Pasteurs et de laïcs de l’Elise Méthodiste Unie, c’était la première fois qu’ils étaient enseignés sur les techniques d’évangélisation et de formation des disciples, avec des enseignements comme « Comment préparer et présenter un témoignage personnel ou encore « Votre Identité en Christ ».

Une des photos de la base de données de la mission de Bâle prise probablement entre 1886 et 1905 montre l’un des missionnaires, Heinrich Köster en train de superviser la construction de ce bâtiment que les missionnaires appelaient alors « The Lower House ».Nous aussi, pendant cette semaine des 15èmes jeux universitaires de Buéa , nous étions aussi au travail. Sans scie ou marteau pour réfectionner ce haut lieu de la mission, mais en train d’équiper les ouvriers du Seigneur. L’un des pasteurs s’est contenté de dire : « Vous ne pouvez pas savoir à l’heure actuelle ce que vous avez fait… »

Plus bas, sur le campus de l’Université, les jeux universitaires mettaient la ville en ébullition. Les athlètes des diverses universités eux seuls étaient au moins 4 mille, et les spectateurs innombrables. Pendant que plusieurs groupes chrétiens et églises faisaient de l’évangélisation directe, mon projet principal pour les jeux était la distribution de 5.000 cartes de visite promotionnelles pour encourager le maximum de personnes à visiter nos sites web. Objectif, 5.000 cartes. Réalisation, 4500 cartes. Quand ils se connecteront sur www.questions2vie.com ou sur www.everystudent.com  nous continueront ce que les missionnaires de Bâle ne peuvent plus faire ou ce que les pasteurs que nous venons de former n’auront pas le temps de faire : édifier les âmes en ligne.

Advertisements