Impact Jubilé 25 : Dans la vallee verte au pays de la sauce jaune

Le site s’appelle vallée verte. Bien des choses peuvent se passer dans une vallée, surtout lorsqu’on raconte une histoire ou qu’on décrit une situation étonnante. En tout cas, en début du mois d’Aout 2017, se tenait la conférence Impact Jubile 25 de Campus Life, la branche universitaire de Campus pour Christ Cameroun. Cette rencontre a  donné l’opportunité a 133 délègues issus de 7 universités au moins de se frotter les uns aux autres en recevant des enseignements sur l’évangélisation en milieu universitaire, l’expansion sur les campus ou le rapport entre notre engagement sur les campus et la capacité à transformer nos pays. Quant à moi, j’étais l’orateur principal de la conférence, ce qui m’a fait penser avec nostalgie a la première conférence du genre en 2001 ou j’étais juste un étudiant enthousiaste perdu dans la foule. Mes interventions à cette conférence allaient en droite ligne du leitmotiv du mouvement estudiantin de Campus pour Christ qui se décline en trois lignes:

  • L’évangile pour chaque étudiant

  • Des mouvements sur chaque campus

  • Des leaders pour chaque nation

Thème N°1: L’Evangile pour chaque étudiant

Les étudiants et élèves d’aujourd’hui sont les futurs leaders de la société en général. Le diable au travers des sectes occultes est déjà à l’œuvre pour les recruter, en faire ses futurs agents et les perdre. Il est donc urgent que chacun d’entre eux ait l’opportunité d’entendre une présentation claire de l’Evangile de Jésus-Christ avec une possibilité d’y répondre.

Thème N°2: Des mouvements sur chaque campus.

Nous devons travailler à ce qu’il y ait sur chaque campus un groupe croissant de disciples de Jésus-Christ remplis du Saint-Esprit portant la vision de la multiplication spirituelle et veillant à ne laisser aucun campus hors du champ de mission.

Thème N°3: Des leaders pour chaque nation.

LE CAMPUS AUJOUD’HUI, LE MONDE DEMAIN !!!

Il est urgent de passer d’un ministère intensif des équipiers à un mouvement de multiplication du leadership estudiantin, ceci en vue de préparer de véritables futurs leaders pour notre nation et pour toutes les nations du monde. Une des causes des crises que nous vivons dans le monde est le manque d’un leadership à l’image de celui de Jésus-Christ. Notre travail consiste donc à développer des jeunes qui commencent à être ce « sel » en tant que leaders sur leurs campus aujourd’hui, et pour le monde demain.

En tout cas, les étudiants présents à la conférence Impact de 2017 ne sont pas perdus, et ils comptent bien travailler au salut de leurs camarades sur tous les campus du Cameroun et au-delà.

En tout cas, puisque c’était l’heure des bilans annuels, on a pu noter que l’équipe de Campus Life Cameroun a pu avancer sérieusement cette année :

  • 6563 Etudiants ont entendu une présentation de l’évangile
  • 2023 ont indiqué avoir pris une décision de confier leur vie a Christ
  • 411 sont passés dans un processus de suivi pour être affermis dans leur foi

QUELQUES TÉMOIGNAGES:
“Je rends grâces à Dieu car au
travers du témoignage de l’étudiant Rwandais  qui est devenu coordonnateur national du mouvement Campus pour Christ dans son pays alors qu’il était encore étudiant et de surcroit en informatique et celui du Pr
MBANYA (Professeur en Hématologie a la Faculté de Médecine) qui, malgré ses occupations a le temps de s’investir pour l’œuvre, Cela m’a donné de comprendre que mes études, ma position sociale ou encore
mes occupations ne sont pas des raisons pour lesquelles je ne m’investirai pas
assez dans le ministère. Car il y a toujours le temps pour tout, faut juste être
diligent. M.T.T

Ma participation à Impact a permis que je puisse commencer une nouvelle année académique avec une mentalité transformée sachant que Dieu veut m’utiliser pour une œuvre bien plus grande que ce que je pense et il m’équipe pour réaliser l’œuvre. Je rends juste grâce à Dieu pour ce nouveau départ et cette nouvelle mentalité acquise, car je suis transformé par le renouvellement de l’intelligence afin de créer un mouvement au sein de mon campus. J.S.

Les perspectives

Le mouvement au Cameroun n’entend pas s’arrêter en si bon chemin. L’idée est de

  • Passer d’une présence sur 20 campus à une présence sur 50 campus
    d’entre les 150 que nous voulons atteindre d’ici 2020 ;
  •  Passer d’environ 200 disciples multiplicateurs que compte le Campus Life Cameroun à 600 disciples multiplicateurs ;
  • Déjà, ils ont organisé la première formation catalytique ouverte aux étudiants leaders en septembre 2017 ;

Je ne sais pas tout ce qui se passera dans ce pays qu’est le Cameroun, mais je sais une chose. Dans le climat trouble actuel qui agite le pays, avec des attaques terroristes au Nord du pays et ce qui a été qualifie de “crise anglophophone dans les régions du Sud-Ouest et du Nord-Ouest, nous avons besoin d’une nouvelle génération de leaders capables d’aider cette nation à connaitre la paix. Non pas celle parfois précaire des accords, des traites et des armistices, mais la paix que Jésus donne.

20245715_882786048539102_1404120003208012527_n
Les membres du comite d’organisation : un enthousiasme debordant.

Et la sauce jaune ?

Ah oui…C’est un repas tres prise au Cameroun, et il est provient du Nord-Ouest du pays.

De passage au pays, je me devais d’en deguster.

Pour moi, c’est le symbole de tout le bien qu’il y a a vivre…et a manger ensemble, car on a toujours de bonnes raisons de partager.

Pour ce qui est de la recette, jetez un coup d’oeil ici ou 20170803_201247

Une sauce jaune…et bonne

De passage au pays des lionnes, vert rouge et jaune,

Il me faut gouter de la sauce jaune.

Pas conne cette sauce jaune, plutôt bonne.

Qu’importe les choucroutes de Bonn,

Que me font les italiens et leur minestrone

Je ne ferais pas cas des fondues Bretonnes

Tant que j’ai ma sauce jaune

Qui soit dit en passant n’est pas conne,

Sage comme une nonne,

Violente comme un piment jaune

Et bonne, très bonne

C’est un cratère sans éruption ou foisonnent

Le kanda * et les tripes qui s’abandonnent

Le ndjakatu** qui fanfaronne

Le poisson qui s’époumone

Et la viande pour les bouches gloutonnes
Dites donc qu’elle n’est pas bonne, ma sauce jaune.

Elle n’appartient plus aux autochtones

Elle qui combat les saveurs monotones

Dans son écrin de taro, souriante comme un émoticône

Devant elles, tous deviennent des Fons***

Assis sur leurs trônes.

Je vous assure qu’elle ne demande pas l’aumône,

Et qu’à l’aune de la sauce jaune, nul ne peut rire jaune….

I say hein my man ? You no go eat this ashu ? Weting you di talk so ? Chop naaa !

(Pourquoi tout ce bavardage ? Vas tu as la fin manger ce taro ? Mange je te dis !)

* Kanda : peau de boeuf

** Ndjakatu : aubergine

*** Fon : Chef traditionnel du Nord-Ouest Cameroun.

Advertisements

Les Bâtisseurs de Foyers se réunissent…Une fois de plus.

Salad de fruits

Une fois de plus, ce Vendredi matin, quatre couples ont reçu un SMS : « Bâtisseurs de foyers ce Vendredi à partir de 19h00 chez les Mba. Thème du jour : pardonner.»
Au juste, à quoi correspond cette fameuse rencontre des Bâtisseurs de Foyers ? »

Salade de fruits
Salade de fruits (du site mysweetparadise.com/pasteque/azteque

Ce soir-là, Mireille a fait une salade de fruits. Contrairement à certaines rencontres où on partage le rafraîchissement éventuel a la fin, lorsqu’il y a quelque chose à partager, on le partage au début de la rencontre, ce qui permet d’accueillir les retardataires en douceur.
Justement, ce soir là, on se demande si la séance va vraiment se tenir, vu le retard de certains.

Au fur et à mesure que les uns et les autres arrivent, on se retrouve à discuter de tout et de rien, la discussion portant on ne sait trop comment sur le fait que la promotion dans la société camerounaise ne se fait pas vraiment sur la base du mérite intellectuel, mais est souvent le fait de réseaux divers qui s’activent…
Après donc cette entrée en matière vitaminée, on se rend compte à un moment qu’il faut bien penser à travailler sur le manuel des Bâtisseurs de Foyers, le thème « officiel » du jour n’ayant rien à voir avec la promotion dans la société camerounaise, mais elle porte plutôt sur le Pardon.

Manuel des Bâtisseurs de Foyers
Manuel de Résolution des Conflits

Quelques questions posées ce soir-là :

• Quand vous étiez enfant, qui vous a le plus enseigné le plus sur le pardon ? Comment cette personne vous a-t- elle enseigné cela ?

• En grandissant, quand avez-vous eu à dire : « Je suis désolé (e) » ?

• En dehors du Christ, qui considérez-vous comme un exemple d’une personne qui pardonne ? Pourquoi ?

• En général, vous est-il plus facile de demander pardon à votre conjoint ou de pardonner votre conjoint? Expliquez.

• Pourquoi est-il souvent si difficile de demander pardon et de pardonner dans le couple ?

Parfois, derrière une question anodine, se cache une discussion enflammée. Ainsi, certains ne sont pas d’accord qu’on pardonne à une personne qui ne fait pas l’effort de demander pardon. A un autre moment, éclats de rires à la lecture de la réaction des disciples lorsque Jésus leur présente en Jean 17 : 3-5 l’étendue du genre de pardon qu’il attend de nous face aux gens qui nous entourent :
Jésus dit « Prenez garde à vous-mêmes. Si ton frère a péché, reprends-le ; et, s’il se repent, pardonne-lui.Et s’il a péché contre toi sept fois dans un jour et que sept fois il revienne à toi, disant : Je me repens, — tu lui pardonneras. »
Réaction des disciples ? « Augmente-nous la foi . »
On en rit, car, qui mieux que des personnes mariées peut connaître le défi que représente la nécessité de pardonner à un conjoint soit négligent, soit mal intentionné.
Bientôt 21h00, il faut se dépêcher de clôturer, non sans avoir planifié un pique-nique pour une trentaine de couples. Nous partagerons avec eux sur le thème : « Répondre à insulte par une bénédiction ». Beaucoup de discussions en perspectives. En attendant, Seigneur, fortifie notre foi.

 

Après une rencontre des couples
Après une rencontre des Bâtisseurs de Foyers chez le couple Ngamga

PETITE FICHE TECHNIQUE
En quoi consistent les études des « Bâtisseurs de Foyer » ?
1. Les matériels d’étude en petits groupes qui présentent des principes bibliques et pratiques pour le couple et la famille
2. La plupart des études comptent six à sept leçons. Chaque leçon dure environ 1-1/2-2 heures.
3. Sont facilement animées par des couples laïques
4. Conçues pour 4-7 couples
5. Sont animées dans une ambiance chaleureuse, amicale, et dans un environnement sûr (votre maison ou appartement, par exemple)
6. Sont amusantes
7. Aident à accomplir l’Ordre Suprême
8. Abordent une variété de thèmes liés à la vie conjugale et à l’éducation des enfants